Novembre, “Mois sans tabac” : le centre hospitalier s’investit auprès de ses agents

En ce mois de novembre, les autorités sanitaires ont décidé de reconduire l’opération ”Mois sans tabac” déjà menée en novembre 2016. L’idée de départ est d’inciter tous les Français qui s’adonnent au tabac, à se désengager de cette addiction.

Pour l’édition 2017, l’objectif de la campagne est d’encourager les fumeurs à tenir un mois sans toucher à la cigarette. Avec pour but second, de provoquer chez ceux qui tenteraient l’expérience, l’envie d’en terminer définitivement avec le tabac. Les médecins estiment qu’après un mois de sevrage, on multiplie par cinq les chances d’arrêter définitivement de fumer.

Les agents hospitaliers visés

Un mois de novembre très cher à cette lutte contre le tabac, puisque c’est d’ailleurs lors de ce mois de novembre, qu’est intervenue la première des six hausses du prix du tabac voulues par le gouvernement. Ces hausses porteront, à la fin 2020, le prix du paquet de cigarettes à 10 €.

Pour participer à cette cause de santé publique, l’hôpital d’Alès a voulu mettre l’accent sur ses personnels. Il a choisi d’aider ses agents fumeuses ou fumeurs, à rompre avec cette habitude. Les autorités du Centre hospitalier Alès-Cévennes ont donc décidé de prendre en charge, pour les agents volontaires, le coût des substituts nicotiniques prescrits sur ordonnance par les docteurs Orcel et Champeau, médecins tabacologues du service addictologie.

Les statistiques montrent que la France figure parmi les mauvais élèves européens en matière tabagique. Elle compte encore 32% de fumeurs réguliers et 24% de fumeurs quotidiens.

Toute action visant à faire chuter ces chiffres est donc la bienvenue.




http://www.alescevennes.fr/articles/pac/actualite/sante...solidarite/_2017/novembre...mois.sans.tabac...le.centre.hospitalier.s.investit.aupres.de.ses.agents
© 2014 http://www.alescevennes.fr