Alès - Mine Témoin
Alès - Mine Témoin
  1. Catégorie :Musée
  2. Information :Chemin de la Cité Sainte-Marie, Rochebelle, 30100 Alès
  3. Téléphone :04 66 30 45 15
  4. Fax :04 66 61 58 26
  5. Mail :Envoyer un message
  6. Site internet :www.mine-temoin.fr
 
  • image
    Mine Témoin
  • image
    Mine Témoin
  • image
    Mine Témoin
 
La Mine Témoin d’Alès, ouvrage d’art minier unique en France, a vu le jour au sortir de la Seconde guerre mondiale. Le site est fermé en 2017 pour cause d’inondation.
 

En 1945-46, l’Etat initia un processus de nationalisation des houillères françaises. Objectif visé : le redressement et la consolidation économique du pays, très fortement ébranlé par six années de conflit mondial.



Dans les faits, cette étatisation des ressources minières se traduisit par la création des Charbonnages de France (CdF) et par la définition géographique de neuf grandes houillères de bassins. C’est dans ce contexte singulier que naquirent les Houillères du Bassin des Cévennes (H.B.C.).


Dès 1946, les mineurs cévenols s’investirent sans compter dans l'effort de production nationale qui devait contribuer à relancer la France. Plus de 22 000 personnes travaillaient alors aux H.B.C., qui, cette année-là, contribuèrent ainsi directement ou indirectement à l’extraction de quelque 2,4 millions de tonnes de charbon.

La modernisation accélérée des techniques et des technologies d’exploitation minière et l’importance des effectifs employés en fond ont cependant rapidement nécessité la mise en place de structures spécialement dédiées à l’apprentissage du métier de mineur.
 C’est à cet objectif que répondait précisément la Mine Témoin d’Alès.

De 1945, date de son ouverture, à 1968, date de sa fermeture, plusieurs générations d’apprentis mineurs qui se sont succédé dans ses galeries pour apprendre leur futur métier, sous la conduite d’instructeurs expérimentés. Ce sont ces centaines de jeunes gens, âgés de 14 à 18 ans, qui ont littéralement engendré la Mine Témoin.


Bâtissant sur ce qui avait été édifié par les précédentes promotions, étendant ou travaillant sans cesse les galeries, les jeunes apprentis étudiaient les techniques de tir à l’explosif, s’initiaient aux subtilités de la taille des éléments de soutènement boisé ou apprenaient l’art de la manipulation et de la pose des étançons à serrage mécanique ou hydraulique.

 Témoignage exceptionnel puisque rigoureusement authentique du travail mené par les jeunes apprentis mineurs cévenols pendant presque deux décennies, la Mine Témoin d’Alès est aujourd’hui un lieu de mémoire sociale et industrielle unique en France.




En effet, si d’autres lieux à vocation analogue existent dans l’hexagone, les structures souterraines qu’ils sont en mesure de présenter au public ne sont que des reconstitutions.



La Mine Témoin représente à ce jour un très beau et très authentique lieu de mémoire.
À travers la Mine Témoin d’Alès, il ne s’agit en effet pas seulement de permettre aux visiteurs de comprendre les tenants et les aboutissants techniques et humains qui font toute la complexité et le caractère périlleux de l’univers minier. Il s’agit aussi et surtout de rendre hommage à tous les enfants du pays qui, dans le tréfonds, ont risqué leur vie en participant deux siècles durant à l’épopée industrielle du charbon cévenol.

Le site est fermé en 2017 pour cause d’inondation.