Un toilettage complet du réseau pluvial
  • image
    Il fallait commencer par démonter une à une les grilles de protection le long du boulevard Louis-Blanc.
  • image
    Pendant ce temps, on aspirait les entrées de bouches d’évacuation.
  • image
    Une opération menée de façon méthodique.
 
Un toilettage complet du réseau pluvial
Dans l’attente des habituelles grosses précipitations automnales, les services municipaux de la Ville d’Alès ont procédé au nettoyage du réseau des eaux de pluies
 

La Ville d'Alès se prépare aux grosses pluies d'automne

Les services d’entretien du réseau pluvial de la Ville d’Alès étaient très tôt sur le pont mercredi 20 septembre au matin, afin de se pencher sur l’une des artères les plus importantes du centre-ville, s’agissant du boulevard Louis-Blanc. Si les vénérables platanes qui longent ce boulevard, lui procurent une ombre apaisante en plein été, leurs feuillages sont aussi source de préoccupation pour les agents en charge de l’entretien du réseau de collecte des eaux de pluie.

« Après l’été et la sécheresse que nous avons connus, les feuilles mortes se sont accumulées durant les derniers mois » note Christian Foulc, l’un des agents en charge du réseau. C’est donc à l’aide d’un camion-pompe relié à un arroseur haute-pression qu’une équipe de la société Alliance et une vingtaine d’agents municipaux se sont penchés sur les avaloirs et les grilles qui recouvrent les caniveaux pour les débarrasser de tous les détritus accumulés. Un travail pénible et fastidieux mais indispensable pour redonner toute son efficacité au réseau. « Nous devons le faire avant que les grosses pluies d’automne arrivent. C’est important pour limiter l’éventuelle montée de l’eau dans les rues » insiste Max Roustan, maire d’Alès.

5 000 avaloirs et grilles d’évacuation

Car si la fin de l’été s’est avérée plutôt sèche, rien n’indique que les gros orages habituels, continuent de nous épargner beaucoup plus longtemps. Comme le souligne Christophe Rivenq, directeur général des services de la Ville d’Alès « Cette opération est importante pour notre réseau. Nous espérons aussi qu’elle incitera les particuliers à faire de même chez eux. Si tout le monde s’y met ensemble les choses seront plus simples ».

La ville d’Alès dispose de pas moins de 5 000 équipements du type avaloirs ou grilles d’évacuation. Chacun d’entre eux est entretenu deux fois par an. À ce lourd travail de prévention, s’ajoute aussi parfois, celui d’interventions d’urgences durant un épisode pluvieux ainsi que la remise en état après le passage du phénomène météo « pour retirer tout ce qui a été accumulé par l’eau et qui encombrerait le réseau » précise Vincent Ravel responsable du réseau pluvial pour Alès.

Mais ses services peuvent aussi intervenir à la demande d’un particulier qui ferait une observation particulière. « Si vous voyez un avaloir encombré en face de chez vous, il ne faut pas hésiter à retirer ce qui le bouche. Ces petits gestes sont parfois très utiles » répète-t-on chez les agents en charge de cette mission.

Les avaloirs ne sont pas des poubelles

Si le feuillage ou les gravillons sont bien présents dans les équipements pluviaux, les agents en retirent aussi beaucoup (trop) de canettes vides, de papiers gras, de journaux ou de restes de sandwich. Vincent Ravel le déplore « beaucoup prennent les avaloirs pour des conteneurs poubelles, mais ce n’est vraiment pas leur fonction ».

Un peu de bon sens, un soupçon de sentiment citoyen conjugué au labeur quotidien des personnels dédiés à cette action, et les rues d’Alès, sous les forts orages, ne ressembleront pas à des torrents aux effets redoutables.

 
jeudi 21 septembre 2017
 
 
 
A lire aussi...
(Re)découvrez la tour de l’Horloge, à Anduze
Tour EDF, avenue Carnot : une page se tourne
Un toilettage complet du réseau pluvial
Alès : les ultimes travaux de la rue Albert 1er
La statue du mineur a retrouvé sa place sur le quai Max Chaptal à Alès
Grabieux : un quartier prêt pour l’hiver
Saint-Privat-des-Vieux : le syndicat de l’Avène se penche sur le réseau d’eau